L’ischémie-reperfusion intestinale et le sportif

L’ischémie-reperfusion intestinale et le sportif

Aujourd’hui un article un peu différents des autres, j’avais envie de vous parler une autre langue : ischémie reperfusion, vous connaissez?

Moi au début non, et puis j’ai mis des mots sur les maux que l’on peut rencontrer en tant que sportif.

L’ischémie c’est en fait l’intéruption de l’apport d’oxygène et l’élimination des molécules toxiques résultant du métabolisme anaérobique (dixit wikipédia). Je vous conseille d’ailleurs la petite vidéo explcative d’osmosis ici, j’ai vraiment bien compris le principe grâce à elle.

Pour le sportif, cela se ressent notamment au niveau de l’intestin (principalement). Au repos, une bonne partie de notre flux sanguin est utilisé par notre système digestif, 5% seulement est destiné au mouvement. Lorsque nous pratiquons un sport, l’effort fait que nos muscles ont besoin de plus de 80% de l’oxygène que nous consommons. Et cet apport d’oxygène arrive jusqu’aux muscles par l’afflut sanguin.

Ce stress de notre organisme va amener nos organes à diminuer leur apport en oxygène et par conséquent leur fonctionnement. En gros il n’y a plus de transit, plus de digestion. Bon, en même temps c’est plutôt appréciable lorsque vous courez un ultra trail, un marathon ou lors de compétitions.

Durant l’activité il est donc préférable de consommer des nutriments très assimilables comme des mélanges de glucides et sous forme liquide ou semi liquides (boissons, gels,…)

Après l’effort advient cette fameuse ischémie reperfusion intestinale. Elle est le résultat de la dilatation de nos vaisseaux. L’irrigation de notre intestin est à nouveau en service et permet l’apport important d’oxygène. Qui lui même favorise un largage massif de radicaux libres (celui ci augmentant dès que la consommation d’oxygène augmente, notamment lors d’un effort soutenu).

Habituellement, notre organisme fait face aux radicaux libres. Il fait face si nous sommes toujours au top de notre forme. Petit à petit notre système de défense peut s’affaiblir. Ce déséquilibre entre la production de radicaux libres et notre système immunitaire déficient amène peu à peu à une altération de la perméabilité intestinale ( diarrhées, vomissements, douleurs, pertes de nutriments, intolérances voir allergies…), une modification du microbiote (ou de la microflore) intestinal, des micros lésions tendineuses et musculaires, une mauvaise récupération,… Tout cela pouvant engendrer des dysfonctionnements dans nos cellules, voir dans le corps entier.

Afin de continuer votre pratique sportive en prenant soin de votre santé, vous pouvez suivre ces quelques astuces

  • Respectez un délai entre l’effort et le dernier repas de 3 heures (2h si vous prenez un repas léger).
  • Limitez les aliments riches en fibres, les graisses animales et protéines longues à digérer au cours du dernier repas, voir même jusqu’à 48 heures avant un grand événement.
  • Mangez après l’effort : des fruits pour refaire votre réserve de glycogène vidée pendant l’effort, des protéines pour réparer les dégâts musculaires. Si vous n’avez pas faim, des astuces existent pour vous aider à refaire vos réserves (ce sera le thème d’un prochain article).
  • Adoptez au quotidien une alimentation hypotoxique, riche en antioxydants.
  • Hydratez-vous avant, pendant et après l’effort (cela vous évitera nombre de déconvenues telles une baisse de vos performances, un coup de chaud ou encore des tendinites).
  • Après l’effort utilisez des eaux riches en sels minéraux.
  • Intéressez-vous aux cofacteurs indispensables : le magnésium, le zinc, le fer ou le sélénium, les vitamines B1 B6 et C, les bêta-carotènes, la glutamine.
  • Attention, tout effort mal géré se paie systématiquement sur le plan physiologique et celui de la performance.

Je ne prétend en aucun cas me substituer à votre médecin. Les conseils donnés dans mes articles ne se substituent pas aux prescriptions pharmaceutiques ordonnées par un docteur en médecine.

N'hésitez pas à partager si vous avez aimé !

2 commentaires sur “L’ischémie-reperfusion intestinale et le sportif”

Janier F

Perso j’ai découvert le phénomène depuis que je cours des distances de plus de 10 voir 15km …
Un bon travail sur la perméabilité intestinale et des apports de NO via du jus de betteraves crues par exemple à fortement diminué l’inconfort.
😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *