Alimentation et santé psy

L’alimentation moderne est le plus souvent constituée d’aliments : ultraraffinés (farine blanche, pain blanc,…), ultratransformée et glucidique (pain, pâtes, semoule, riz, gâteaux, biscuits, céréales du matin,…).

Cette manière de s’alimenter nous conduit à de nombreux problèmes de santé : diabète, stéatose hépatique NON ALCOOLIQUE, obésité, hypertension, artérielle, cancers, maladies cardio vasculaires,…

La recherche ne cesse de prouver les liens entre notre façon de manger et certaines maladies. Il a notamment été prouvé que les gens souffrant de maladie mentale sont beaucoup plus susceptibles de souffrir également de maladies cardiovasculaires, de diabète et d’obésité. Ces maladies étant déjà fortement liées à l’alimentation.

Plusieurs études ont montré notamment (les liens sont en fin d’aricle) que des désordres psychiques tels que certaines schizophrénies, ou troubles bipolaires ont pu être soigner avec un changement alimentaire. Je vous conseille de lire le cas de Doris, si vous lisez l’anglais, assez spectaculaire ici. Doris est une américaine de 70 ansqui souffrait de troubles de schizophrénie ( une schizophrénie est un trouble psychique chronique liée à un dysfonctionnement du cerveau. ). Depuis l’âge de 7 ans, chaque jour, elle était en proie à des délires et des hallucinations auditives et visuelles qui résistaient à tout traitement chimique. Cela l’a menée à de nombreuses tentatives de suicide. Puis elle consulte les Drs Bryan Kraft et Eric Westman pour traiter son obésité, il est décidé de lui faire adopter un régime proche du régime cétogène: pauvre en glucides, sans gluten et plus riche en graisse. Doris observe une perte de poids puis un matin , se réveille sans plus aucune hallucination auditive ni visuelle. 10 ans après Doris ne présente plus aucun symptôme invalidant. Ce cas est publié en 2009 sur le site BioMed Central. Et il a été confirmé par plusieurs autres études (voir à la fin de l’article).

Alors manger mieux, et être en bonne santé, autant mentale que physique ça vous dit?

  • Diète cétogène et cancer
  • Diète cétogène et diabète de type 2
  • Kraeuter A.K., Loxton H., Lima B.C., RuddD;, Sarnyai Z., « Ketogenicdiet reverses behavioral abnormalities in an acute NMDA receptor hypofunction model of schizophrenia », Schizophrenia Research, vol169, 2015, p 491-493
  • Palmer C.M., « ketogenic diet in the treatment of schizoaffective disorder : Two case studies », Schizophrenia Research, vol 189, 2017, p 208-209

N'hésitez pas à partager si vous avez aimé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email